previous arrow
next arrow
Slider
Kanazawa est située à environ 400km de Tokyo et 250km de Tokyo idéalement localisée  dans les Alpes Japonaises et à peine 10km du littoral côté mer du Japon.La ville est très accessible quelque soit le moyen de locomotion; En train selon les horaires à 170-180 mn de Tokyo, 130 mn de Kyoto et 155mn d’Osaka,  en avion desservie en autre par la compagnie Japan airlines 1h15 de Tokyo vers l’aéroport de Komatsu (33km de la ville), et à proximité (entre 1h00 et 2h00) des sites phares au Japon dont certains classés au patrimoine mondial comme le village de Shirakawa go, Gokayama ,la superbe Takayama ou encore Matsumoto. Ces cinq lieux réunis est ce qu’on appelle la « Mitsuboshi Kaidou three star.Cela pourrait être idéal pour un premier séjour au Japon, débuter par Tokyo , continuer sur les Alpes Japonaises et finir sur Kyoto.
« Kanazawa »  littéralement « les marais d’or » semblerait selon une légende venir du nom donnée par Togoro Imohori au marais dans lequel il lavait la poussière d’or « Kanearaisawa » , mais on pense également que ce nom pourrait venir de l’actuel et très célèbre Jardin Kenrokuen appelé Kanazawago ou Kanazawanosho dans les temps anciens, mais laissons là le mystère…
on retrace l’histoire vers le milieu du 16ème siècle, période menée de mains de maître par la secte bouddhiste Ikkoshu, plus tard l’un des vassaux principaux du Daimyo de Toyotomi Hideyoshimi; Toshiie Maeda s’installa dans le château de Kanazawa et régna sur le domaine de Kaga ( actuelle préfecture d’Ishikawa) pendant presque 300ans. La puissance et la richesse de cette famille lui permit de s’investir dans l’apprentissage de la culture et cela fût l’une des bases fondamentales qui donna naissance à l’artisanat et les arts traditionnels à un tel niveau de raffinement.
Durant l’ère Meiji l’industrialisation du passé fit passer la ville légèrement en arrière plan par rapport à Tokyo , Kyoto et Osaka, mais elle demeurait une ville majeure dans la région.
Toutefois ayant eu la chance d’être épargné par les bombardements de la dernière guerre mondiale, la ville a conservé de nombreux quartiers typiques et c’est un bonheur de parcourir ces ruelles étroites chargées de tant d’histoire .
En juin 2009, la ville de Kanazawa a été inscrite au « Réseau des villes créatives » mis en place par l’UNESCO. Ce réseau a été crée dans l »esprit de développer des partenariats et des échanges mutuels internationaux entre les villes. Les domaines mis en avant sont les arts populaires et artisanaux, le design, le cinéma, la gastronomie, la littérature, la musique et les arts numériques .
Depuis 3 décennies, Kanazawa est jumelée avec Nancy en France et Gend en Belgique, leurs échanges culturels sont extrêmement étroits et intéressants .
Il y a bien sûr des incontournables à Kanazawa
l’un des joyau de la ville, le jardin Kenrokuen  signifiant  » jardin aux 6 aspect » est considéré, à juste titre comme l’un des plus beaux du Japon.  Né il a plus de 300ans des mains expertes des jardinier de la famille Maeda, il rend honneur aux six trésors réunis en un même lieu: espace, quiétude, travail humain, vénération, cours d’eau et magnifique vue », vous pourrez profiter en fonction de la variété de la flore, différentes mousse tapissant les sous bois, bonsaïs géants dont certains âges de plus de 100ans, découvrir les  changements de couleur en fonction des saisons,  écouter le clapotis des ruisseaux. Mais ce n’est pas un jardin qu’on découvre à la « va vite » il vous faudra plusieurs heures enfin d’en découvrir tous les trésors.
Juste face au jardin le château de Kanazawa, niché dans une vaste étendue, D’après les sources, ce château  bâti au XVIe siècle a été maintes fois reconstruit suite à des incendies, tremblements de terre et autres dégradations. Ce qu’il en reste aujourd’hui ce sont surtout des tours, le mur d’enceinte et quelques bâtiments rénovés dans les années 2000. On peut y voir le Sanjukken Nagaya,  l’entrepôt Tsurumaru et la grande porte Porte Ishikawa-mon, classée aujourd’hui comme  » Importante Propriété Culturelle Nationale« .  La yagura Hishi, une tour de guet à 2 étages, l’entrepôt Gojikken Nagaya, et la yagura Hashizume-mon Tsuzuki, une autre tour de guest à trois étages, sont les principaux bâtiments visibles aujourd’hui.
à proximité ne manquez pas de déambuler dans le district de Nagamachi, notamment dans l’ancienne résidence de la famille  de Samourais Nomura, le temps semble s’être figé au 17ème siécle , vous découvrirez la sophistication de la demeure niché dans un petit jardin où les carpes se glissent parmi les pierres.
A 200m du jardin et du château; Le musée d’art de Kanazawa, encore une fois lors des voyages au Japon le contraste est total, bâti en 2004 par 2 architectes Japonais Kazuyo Sejima et Riue Nishizawa ce musée est consacré à l’art contemporai, c’est un musée qui ressemble à un parc où l’on croise toutes sortes de personnes et où l’on vit peut vivre d’enrichissantes expériences. Le bâtiment, de forme circulaire, a un diamètre de 113 m. Ses façades sont en verre et il dispose de 4 portes d’accès.
En plus de ces quelques incontournables il est important d’évoqué L’artisanat, les arts traditionnels, et la gastronomie, tout cela relevant plus de l’expérimentation que de la visite simple, pour ne citer que quelques exemples:
l’artisanat , transmis depuis depuis l’époque de la famille Maeda est vraiment mis en avant à Kanazawa,  il a existe d’ailleurs un programme intitulé « Tourisme de l’artisanat » qui propose des visites sur ce thème et il serait très intéressant pour tous visiteurs d’expérimenter ce circuit.
L’école de nō de Kaga Hosho, profiter d’une visite à Kanazawa pour découvrir l’art du théâtre nō. on prétend que « les chants de nō tombent du ciel », ce qui peut vouloir dire que même les jardiniers, du haut de la cîme des arbres, ont pour habitude d’entonner des airs de nō pour se donner du coeur à la tâche. Cela prouverait également que cette forme d’art était appréciée non seulement des samouraïs et autres guerriers mais aussi du petit peuple.
Les Geishas, souvent l’amalgame est facile mais originellement ces jeunes femmes étaient formés au plus haut niveau à l’art du chant, de la danse, de la musique, les quartier dans lesquels elles exerçaient leur art étaient ceux d’Higashi, Nishi et Kazue-machi chaya, l’architecture est restée presqu’intacte  et elle vous enchantera; encore aujourd’hui cet art temporel de ravir les esprits se sont transmis des temps féodaux au 21ème siècles et les Geishas mettent un point d’honneur à maintenir vivants leur art et leurs traditions. Vous pourrez pour 1 heure ou deux (mais c’est assez onéreux) profitez de ce moment de grâce.
Enfin un art traditionnel issu de cette époque dorée, probablement durant la période Muromachi (1336-1573) la cérémonie du thé  ou Chado était réservé à la classe des samouraïs, elle symbolisait, la puissance, le prestige et la sagesse. Encore aujourd’hui vous pourriez combiné le tout en expérimentant un Chado, en savourant un délicieux petit gâteau « O Higashi  » « Omogashi » au son lancinant du Koto sangen, instrument de musique traditionnel.
Enfin pourquoi ne pas achever le parcours par l’un des piliers de la culture de Kanazawa La cuisine de Kaga.
Kanazawa jouit d’une profusion de produits alimentaires tels que le riz et les légumes cultivésdans la plaine de Kaga, l’eau pure des montagnes Hakusan ou les poissons et fruits de mer pêchés dans la Mer du Japon. sans oublié la sauce de soja produit  dans la région d’Ono, les techniques culinaires raffinées encouragées par la famille Maeda et les magnifiques porcelaines de Kutani et les laques ont contribué à porter à ce niveau la culture gastronomique de Kanazawa
Cette cuisine raffinée ne pourrait se concevoir sans Saké (alcool de riz), et celui de Kanazawa est produit depuis plus de 400ans en hiver, il existe en fonction des régions de nombreuses variétés de cet alcool, celui de Kanazawa a un goût corsé et il se prête à merveille à la gastronomie.
Si vous voulez plonger dans les profondeurs et la beauté de la tradition Japonaise, Kanazawa est absolument incontournable.